Chapitre précédent : 30. Résorber un phimosis




31. La méthode naturelle, les habitudes nordiques.


Il est certain que à part la méthode naturelle, pratiquée par les pays nordiques, personne
ne touche au sexe des garçons
(ni un médecin scolaire).

Je rappelle : Le jeune : droit au respect , à l'intégrité physique et droit de grandir à son
rythme. Ou l'on parle de la première phase qui sont les manœuvres naturelles innées d'étirer le
prépuce vers l'extérieur du corps, manœuvres de décollement des adhérences qui font parfois un
prépuce long en forme de légère trompette.
L'étape suivante (après 13 ans)
le phimosis se résorbe de sois même, sans intervention extérieure. La masturbation et les
rapports sexuels se chargent de dilater l'anneau préputial au moment où le jeune en aura besoin.
Certains jeunes danois, ont leur premières relations sexuelles alors qu'ils ne savent pas encore
se décalotter, cela ne pose aucun problème, et le décalottage se réglera avec la quantité de
rapports sexuels et les masturbations
Certains bons médecins de famille en Belgique et en France disent à leur patient : Pour votre
fils, ne touchez surtout à rien pour le phimosis car cela s'arrange tout seul.
Question posée à 2 reprises sur 1 an sur le net.
Qu'est ce que le médecin a bien voulu dire par là !
Les parents ont parfois compris, mais pas toujours le jeune qui n'a pas encore commencé à se
masturber.
Il est malgré tout nécessaire et indispensable d'expliquer au jeune qu'il a voulu dire qu'avec
les masturbations, et les rapports sexuels, le prépuce s'assouplit, et que cela s'arrange
naturellement.

Comment la masturbation favorise la dilatation de l'anneau préputial ?
Une masturbation chez quelqu'un d'intact se fait par un coulissement de l'étui préputial par
dessus le gland (celui ci (le gland) n'est jamais découvert en fait).
C'est une forme de masturbation douce qui permet de se détendre, avoir du plaisir ou effacer
l'anxiété.

Ce que certains font qui ont un fort désir d'accouplement dû à la montée du taux d'hormones :
Lors de la masturbation, pendant qu'ils font la manœuvre de vas et vient, ils mettent en contact
plus "violemment " l'anneau préputial (l'ouverture du prépuce resserrée) en contact avec le bout
du gland en érection, à chaque trajet de la main en direction du ventre (un peu comme s'ils
voulaient que le gland passe à travers de l'anneau préputial (le resserrement).
Les internautes évoquent régulièrement le nom de cette façon de faire de "masturbation furieuse
"
Ce mot étonnant est venu à plusieurs reprises.

Certains alternent la forme de leur masturbation, par exemple : 4 coulissements de prépuce simples
et un mouvement sur 5 : mise en contact plus violent de l'ouverture du prépuce contre le sommet du
gland en érection.

Le but est bien sur de se rapprocher des sensations de l'acte sexuel, mais cela participe plus
intensément aux exercices de dilatation du prépuce en mode naturel.

Il faut encore remarquer le rôle important que constituent les masturbations dans la construction
et l'apprentissage de l'individu.

Chez certains, les masturbations n'ont pas résorbé le phimosis pourquoi ?
Certains garçons qui ont le prépuce long parfois avec l'extrémité en trompette, lorsqu'ils se
masturbent, le prépuce est suffisamment long pour ne pas mettre l'ouverture préputiale en contact
avec le gland, le garçon éjacule partiellement à l'intérieur du prépuce.
(Un prépuce long n'empêche pas une sexualité confortable et harmonieuse)

Se faisant, ils conservent l'étroitesse du prépuce qui ne se met jamais en mode dilatation.
Le garçon conserve alors son phimosis.

Il FAUT lui expliquer que lorsqu'il se masturbe, il DOIT apprendre à mettre en contact
régulièrement l'ouverture préputiale avec le bout du gland en érection.

Ces masturbations sont donc orientée dans le sens « passer le gland à travers l'ouverture du
prépuce ».

Les masturbations furieuses décrites par les ados qui ont résorbé leur phimosis en étant tombé
amoureux sont rigoureusement identique à la description d'un médecin qui a étudié l'effet de la
masturbation pour résorber un phimosis.
Voir l'étude :
http://ame.enfant.org.free.fr/phi_fr.html

Il faut savoir que à partir de environ 13 ans débutent sous la montée hormonale les caresses
sexuelles.
De 13 ans à 20/25 ans, 50 % se masturbent tous les jours, + que 20 % se masturbent 2x par jour
minimum, 13 % 2x par semaine.
6 % ne se masturbent jamais, cela pose des problèmes physiologiques et psychologiques de
développement.
Les masturbations sont importantes dans la mise en service de la fonction sexuelle et
l'épanouissement indispensable de l'individu.

Cela veux dire que pour la grosse majorité des garçons, ces masturbations vont donner 8 à 12
minutes d'exercices de dilatation par jour tous les jours


En fin d'exercices de kinésithérapie, avec dilatateurs ou pas, certains ont terminé par les
méthodes décrites plus haut (masturbations avec décalottages) et ont été très content du
résultat obtenu (3 témoignages en ce sens).