Chapitre précédent : 10. Témoignages




11. Extrait de l'éthique médicale


GUIDE EUROPEEN D'ETHIQUE MEDICALE

TORTURE ET TRAITEMENTS INHUMAINS
Article23
Le médecin ne doit jamais assister, participer ou admettre des actes de torture ou autre
forme de traitements cruels, inhumains ou dégradants quels que soient les arguments
invoqués (faute commise, accusation, croyances) et ce dans toutes les situations ainsi
qu'en cas de conflit civil ou armé.

Article24
Le médecin ne doit jamais utiliser ses connaissances, sa compétence ou son habileté en
vue de faciliter l'emploi de la torture ou de tout autre procédé cruel inhumain ou dégradant
utilisé à quelque fin que ce soit.


Des traumatismes de la visite médicale scolaire, on peut encore en trouver des quantités
sur internet, c'est pour cette raison que les médecins scolaires sont peu ou pas considéré
.

Quand j'ai évoqué le mal vécu des visites médicales scolaires en 2012, sur un forum
médical, certaines personnes (c'était à chaque fois des hommes) ont été scandalisées
qu'ils n'auraient plus les pleins pouvoirs sur une personne de moins de 18 ans, je cite
« demander leur autorisation pour toucher leurs sexe et quoi encore, où va-on ? ».
De cela a été suivi une plainte au régulateur du forum (régulateur qui avait accepté de
publier), et finalement effacement de tout les mails du forum de cette journée de
décembre 2012.

Il faut continuellement surveiller ses enfants :
Le 24 mai 2013 (France) voici un témoignage (texte intégral) de manque de respect
pour des mineurs d'âge :


Bonjour tout le monde ! Je m'adresse en particulier aux filles, uniquement à elles. Je
m'appelle Ocrissia, j'ai 14 ans. Alors voilà ça faisait depuis 7 jours que j'avais mal au
ventre. Ma mère a alors voulu que j'aille à l'hôpital pour vérifier si c'était l'appendicite ou
quoi car mon mal de ventre était de plus en plus douloureux. Les infirmières m'ont alors
mis sous perfusion, j'ai subis des prises de sang pour des analyses etc. J'ai ensuite fait
quelques radios au niveau du ventre, et le médecin a constaté de l'eau au dessus de
l'utérus. Alors une infirmière est venu pour me dire que j'allais faire une nouvelle radio.
Mais pas au ventre. Et c'est là que mon problème commence. Elle m'annonce que je dois
passer une échographie endovaginale. Quand j'ai su ce que c'était j'étais pétrifié. À 14
ans, je ne me sentais pas subir ça, j'étais mal à l'aise, complètement tétanisé de savoir ce
qu'il allait m'arriver. J'ai donc eu cette échographie. Le médecin était certes un
professionnel, mais un homme, j'ai étais traumatisé. Et d'ailleurs je le resterais. Pour
finalement me dire que le liquide n'était que mon urine ?! ? Et que finalement en cherchant
mieux c'était juste une occlusion à mes intestins ?! ? Je ne suis plus la même
actuellement. Je n'ai jamais été aussi mal à l'aise de ma vie. Ma mère pendant ce temps
là était partie manger, ne se doutant de rien. Après être revenu à l'hôpital dans ma
chambre, elle m'a trouvé morte de peur, paralysé dans mon lit. Je vous remercie d'avoir
lu ceci. En espérant que vous puissiez m'aider à trouver un moyen pour oublier. Dans ma
tête, j'ai ressentis ça comme un viol. Je tiens à vous rappelez que je n'ai que 14 ans.
Merci de votre écoute.

Ici le médecin (homme) à profité de l'absence de la mère qui était partie dîner à la
cafétéria de l'hôpital pour imposer à la jeune fille seule et sans son consentement une
sonde endovaginale, alors que cela aurait pu être un garçon, on pouvait utiliser un autre
type de sonde...
La mère a retrouvé sa fille prostrée en pleurs dans la chambre de l'hôpital.
Les gynécologues dans ma région n'utilisent une sonde endovaginale uniquement sur des
personnes qui ont minimum 2 ans de rapports sexuels réguliers, et avec leur
consentement.
Elle a eu le soutient de tout les internautes.
J'ignore si dans ces conditions psychologiques, elle a pu réussir ses examens de fin
d'année.

Devant de telles réactions, je crois qu'il y a encore beaucoup à faire et que les parents
doivent faire preuve de grande vigilance.
Du personnel médical qui n'a aucun respect pour les enfants cela existe et ils officient
aujourd'hui.

Il ne faut pas oublier que certaines personnes choisissent sciemment de s'occuper de
personnes sans défenses (enfants ou handicapés), et nous ne connaissons pas toujours
leurs motivations profondes.

Chapitre suivant : 12. Les dérives de mauvais traitements des enfants par la médecine scolaire