Chapitre précédent : 37. La circoncision et ses conséquences




38. Le frein :


Problèmes de frein
Comment savoir si le frein est trop court ?

Quand vous êtes en érection et que le prépuce se trouve en position rétractée derrière la
couronne du gland, (dans le sillon balanique).
Si le gland s'oriente fortement vers le bas, alors que le corps du pénis est à l'horizontale,
le frein est un peu court, mais cela ne vous empêchera pas d'avoir des relations
sexuelles.
Il est possible de pratiquer des élongations de frein, les résultats sont lents et peu
spectaculaires, mais en fait, il suffit de gagner seulement quelques millimètres de plus.

Il suffit de tirer le prépuce vers le ventre pour mettre le frein sous tension, et redresser le
gland, tout en douceur, des exercices tous les jours, sur plusieurs semaines on peut
gagner les millimètres qui manquent à votre confort.


On peut remarquer également que le frein, quand ils est mis sous tension, (on le tend), il
change de couleur et passe sous l'effet de la traction de rose/beige à blanc, c'est normal.

De même, les relations sexuelles participent aux exercices d'élongation de frein.

Quelques explications ici :
http://www.tasante.com/article/lire/5124
/Le-frein-de-mon-penis-est-trop-court.html



Rupture du frein : il est possible que le frein subisse lors d'une relation sexuelle
particulièrement fougueuse, vigoureuse, une micro rupture, une mini déchirure.

Cela ne fait rien, vous sentirez une légère gène (cela pique légèrement sous le gland)
mais vous pouvez terminer plus en douceur votre relation, ce serait trop dommage
d'arrêter l'amour, ! Vous saignerez un peu, votre frein va se cicatriser en fait il s'auto
réparera moins tendu.
Voici l'endroit exact ou la nature a pratiqué la microrupture les deux fois chez moi.
Et sur la photo du Dr Galiano
(dans le sens de la flèche, avec une profondeur sur la fine peau de 3mm).
La photo provient de la galerie du Dr Galiano :

http://www.docteur-galiano-andrologue-paris.fr/wp-content/gallery/rupture_frein
/rupture-partielle-frein-dr-galiano.jpg


La personne qui a une rupture du frein à cet endroit, le problème est réglé !


Après l'amour, ne pas oublier de désinfecter la petite déchirure à l'eau et au savon, ou de
l'Isobétadine. (personnellement j'ai simplement désinfecté à l'eau et au savon.)
Il peut encore se déchirer le lendemain et encore se cicatriser, mais finalement votre frein
va finir par avoir exactement la bonne longueur.
Votre copine ne va pas se braquer pour une petite blessure du pénis saignant légèrement
après l'amour.
Elle connaît déjà des pertes de sang par les règles tout les mois !!
Elle est bien faite la nature.
Le frein a la particularité de cicatriser rapidement.
Il ne faut pas être impressionné, un peu de sang colore très fort.

Durée d'indisponibilité du sexe (rupture du frein) pour des relations sexuelles : (24 heures
pour moi, j'ai eu au total 2 ruptures), il faut toutefois y aller doucement les premières
relations sexuelles qui suivent la rupture!!

Il y a aussi la possibilité de demander à un urologue de s'occuper du frein : La rupture du
frein naturelle se fait à la distance que la nature a besoin, c'est une micro déchirure en
érection pendant l'action, elle est adaptée à sa fonction, à l'action, à l'érection,
autorégulant et bénigne.

Une chirurgie du frein se fait sur ce que l'urologue évalue être bien pour vous.
Elle se fera sur un sexe au repos.

Certains parlent d'une indisponibilité du sexe de 3 semaines avant les relations sexuelles
pour une bonne cicatrisation (avec des fils de sutures)

http://plastie-du-frein.over-blog.com/

Les images ont été changées sur ce blog, elle représentait un sexe recousu, tuméfié et
abîmé par l'ablation sur toute la longueur du frein ce qui n'est souvent pas nécessaire, et
met longtemps à cicatriser.



Le 7 septembre 2013, nicoduweb, un internaute habitant une région isolée a fait une
incision lui-même sur la peau du frein à l'endroit ou la nature prévoit la rupture.
Il a d'abord placé un piercing de plus en plus gros de telle sorte qu'il y ait un trou fermé
dans le frein.
Après cicatrisation, il a incisé du centre du trou vers l'extérieur pour diminuer l'effet de
rappel du frein qui incline le gland vers le bas.
La peau en trop (le ligament du frein) s'est répartie sur tout le périmètre du pénis.
Après cicatrisation, lors d'un décalottage et d'une traction du prépuce vers le ventre, le
gland reste dans l'axe de la verge.
Il faut bien sur oser, bien désinfecter le sexe, le matériel et bien se renseigner.
Je ne crois pas que personnellement j'aurais osé pratiquer ce geste, tout le monde a peur
d'abîmer son sexe !
La plupart de nous avons accès à des soins de santé et c'est inutile de prendre des
risques.
L'endroit de l'incision et d'une rupture naturelle était au niveau de la flèche rouge de la
première photo à une distance de 2/3 de la peau du frein par rapport au bord (de
l'hypoténuse).

En tirant fort le prépuce en arrière, on constate que le frein part du méat urétral, sous le
pénis, ou il finit sa course sur une forme de différents plis qui partent en éventail vers le
prépuce, c'est une zone de renfort en terme mécanique.
En tirant très fort sur le prépuce avec le gland qui s'incline vers le bas, on constate que le
frein a une forme de triangle de peau avec l'angle obtus à la jonction verge /gland vers la
flèche rouge contre la verge, un angle aigu qui démarre sous le méat urétral, et un autre
angle aigu qui part avec des ramifications en éventail vers le prépuce.

Le gland est orienté vers le bas, car l'hypoténuse est très fortement tendue.

Avec l'incision ou la rupture naturelle à hauteur de la flèche rouge (photo sur le web) ou
(double flèche noire sur le dessin) sur l'hypoténuse, la traction disparaît et le gland se
remet simplement dans l'axe de la verge.

Problème résolu !

Le frein se cicatrise à hauteur de l'incision, toute la partie plus haute du frein, et plus bas
vers le départ en éventail vers le prépuce se résorbe le long du corps de la verge.

Avantage : comme la rupture naturelle : pas de points de sutures.

Temps avant la prochaine relation sexuelle réduite à très peu en regard des 3 semaines
avec points de sutures.
Je ne comprends pas la nécessité d'ablation du frein sur toute sa longueur, puisque la
nature a prévu une zone " fusible " ou "de rupture " au bon endroit.

Avant de se lancer dans une grande découpe de frein avec toute une série de points de
sutures, pourquoi ne pas orienter la demande au chirurgien pour une intervention vers
quelque chose de simple sans points de sutures tel que une incision équivalente à la
rupture prévue par la nature ?
Pourquoi pas ? A méditer !

J'ai eu le grand plaisir d'avoir à nouveau contact avec nicoduweb le 3 juin 2015.
Voici les conclusions : cela a très bien cicatrisé, rapidement, aucune difficultés à
décalotter.
Bien qu'ayant été inquiet momentanément à l'époque, le résultat a été parfait.
A l'époque je l'avais rassuré, car son entaille était identique en position et longueur de
déchirure que ma propre rupture naturelle de frein. (voir dessin avec 1/3-2/3)
Nicoduweb parle de beaucoup de confort aux relations sexuelles et de réussite totale de
son intervention.

A quoi sert le frein ?
Le rôle du frein est que lorsque l'acte sexuel est terminé, automatiquement, quand la
verge se dégonfle, cette membrane rappelle le prépuce pour revenir recouvrir et protéger
à nouveau le gland.
But : protéger à long terme la sensibilité du sexe, et la longévité sexuelle, pour la survie
de l'espèce.
Si le prépuce ne revient pas tout seul, on peut le repositionner manuellement en
"recalottant " le gland.

Avertissement :
J'ai eu plusieurs post d'internautes qui se plaignent après avoir subi une plastie, plutôt
une ablation complète du frein sur toute la longueur avec toute une série de points de
sutures (comme le dessin ci-dessus), de se retrouver avec un phimosis secondaire.

Sans explications pour résorber ce phimosis secondaire (kinésithérapie et
assouplissements du prépuce), alors que avant ils savaient décalotter, ils ont du subir une
circoncision complète due à l'intervention sur le frein,

Si on fait une petite entaille à 90° comme la rupture de frein naturelle, le surplus de peau
se répartit sur toute la circonférence du pénis. (il y a + de peau) et pas de risques de
phimosis secondaire
Quand on fais une ablation complète on pratique des points de sutures sur toute la
longueur (environ 3cm) cette procédure enlève la peau du frein et rétréci la peau
disponible sur le périmètre avec le risque de fabriquer un "phimosis secondaire " que la
personne n'avait pas au départ.

Si vous êtes dans le cas, limitez le nombre d'interventions et regardez à la rubrique
résorber un phimosis comment faire.

Il faut formellement refuser une plastie de frein qui enlève celui ci sur toute la longueur,
et dire ce que vous souhaitez comme intervention au chirurgien.
A savoir !

Chapitre suivant : 39. Prostate